Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Etiquetage précis


par Jean-Patrick GUICHARD et Zoltan ZALAY (*)
© AFPRAL Reproduction autorisée sous réserve de l'indication de la source
" AFPRAL - Association Française pour la Prévention des Allergies
http://www.prevention-allergies.asso.fr "


Ce que demandent les consommateurs allergiques :

Un étiquetage
Lisible
- Lire une étiquette ne doit pas être un test d'acuité visuelle !
- Les étiquetages promotionnels ne doivent pas masquer la liste d'ingrédients


Complet et précis
- Tous les ingrédients volontairement introduits doivent être mentionnés
- Indication spécifique de l'origine des matières grasses, protéines, lécithines, etc


A défaut de listes complètes
- Une signalétique appropriée devrait signaler les ingrédients génériques ou complexes présentés dans la liste d'ingrédients
Des aliments
Simples et épurés
Sans adjonction systématique d'ingrédients connus pour être des allergènes notoires


La publication de la nomenclature des ingrédients complexes admis
Complète, précise
Si la dérogation des 25% ou même des 5% était maintenue, il faudrait au moins en contrôler l'application et publier les dénominations précises de tous les ingrédients complexes admis, qu'elles aient été consacrées par les standards Codex ou par une législation nationale (Standard Codex), ou bien qu'elles aient été, selon la réglementation Européenne, "consacrées par l'usage" (2).


L' "Etiquetage préventif" doit être harmonisé, pour être
Sans équivoque
La simple mention d'un allergène en fin de liste ("arachide"), ne convient pas pour signifier une éventuelle contaminaton. A notre sens,
l  l'expression "Traces de - -" désignerait une contamination quasi-certaine, par exemple en cas de fabrications enchaînées ;
l  et l'expression "Peut contenir de - -" signifierait qu'il ne peut y avoir de totale certitude de non-contamination.


Généralisé dans un cadre précis
S'il n'est pas pratiqué de façon uniforme, l'étiquetage préventif apporte une distorsion des informations concurrentielles, dès lors que le consommateur ignore, pour tel allergène, quels fabricants pratiquent l'étiquetage préventif .
Même s'il protège la responsabilité du fabricant le mettant en oeuvre, l'étiquetage préventif non-harmonisé génère probablement des erreurs d'achat, "au profit" des produits les moins bien étiquetés


La désignation des allergènes devrait être simplifiée
Un document de travail d'un industriel a recensé - et ce n'est pas complet ! - 20 appellations différentes pouvant suggérer la présence d'œuf ; 21 appellations différentes pouvant suggérer la présence de protéines de lait.


Deux mesures spécifiques pour la signalisation des allergènes majeurs :
Ces mesures supposent, outre leur caractère public :
* un accord sur une liste d'allergènes majeurs ;
* un accord, au cas par cas, sur le degré de sécurité alimentaire recherché (doses-seuils, recherche ou non des contaminations en amont) ;
* un accord sur des procédures de contrôle.

Un étiquetage supplémentaire, simplifié, pour les allergènes majeurs :
une demande sérieuse a été récemment faite en ce sens auprès de la F.D.A. aux Etats-Unis. Elle justifie d'être prise en considération : voir
http://www.oag.state.ny.us/press/2000/may/may26a_00.html


La réalisation du projet de base de données Européenne EFID (European Food Intolerance Databank) ou SyGIRIA (Système de Gestion de l'Information Relatif aux Intolérances Alimentaires), qui est destinée au recensement volontaire des produits exempts ou sans présence connue des allergènes les plus importants.
Une telle banque de données serait d'une grande utilité aux poly-allergiques, dont le nombre est croissant. Sous réserve évidemment qu'elle soit accessible aux consommateurs.


De la part des fabricants
Des GARANTIES et des ENGAGEMENTS sur la composition de produits.
Une communication TRANSPARENTE et PRECISE

Une maîtrise de la chaîne de fabrication
pour parvenir à remplacer les mentions " peut contenir  " et " traces éventuelles " par une information plus conclusive (présence ou pas.).


Un label d'étiquetage et de procédures
Si l'information et la sécurité des consommateurs allergiques continuait de reposer non sur la réglementation, mais sur les démarches volontaires des fabricants, il serait nécessaire de

Développer un label de qualité marquant les produits dont les procédures de fabrication et la charte d'étiquetage garantissent au consommateur allergique l'information loyale dont il a besoin.
L'absence de normes, notamment pour réguler l'étiquetage préventif, conduit à une situation concurrentielle déloyale et dangereuse pour le consommateur.





Version : 20.09.2000, révisée le 31.01.2001


* Jean-Patrick GUICHARD : Responsable correspondance / internet de l'AFPRAL
Zoltan ZALAY : Vice-président de l' AFPRAL
Tous deux sont membres de la Commission "Étiquetage et relations avec les IAA",




(1) En publiant le Livre Blanc sur la sécurité alimentaire le12 janvier 2000, la Commission Europénne avait annoncé son intention de présenter en décembre 2000 les propositions de modifications de la législation alimentaire sur laquelle les Etats membres auraient à se prononcer.
La législation en cours remonte à 1978 (Directive 79/112/CEE); elle a été plusieurs fois modifiée. Aussi le Parlement Européen a établi sa codification en une nouvelle Directive : "Directive 2000/13/CE du Parlement Européen et du Conseil du 20 mars 2000 relative au rapprochement des législations des États membres concernant l'étiquetage et la présentation des denrées alimentaires ainsi que la publicité faite à leur égard".
Cette Directive se lit sous http://www.europa.eu.int/comm/food/fs/fl/fl01_fr.pdf .
Le livre blanc sur la sécurité alimentaire se lit sous http://www.europa.eu.int/comm/dgs/health_consumer/library/pub/pub06_fr.pdf

(2) Concernant les normes des ingrédients composés, voir Codex Alimentarius 4.2.1.3 - (à consulter à ftp://ftp.fao.org/esn/codex/standard/fl_basic.pdf)
La réglementation Européenne est dans la Directive 2000/13/CE (Article 6, § 8);
la réglementation française est dans l'Arrêté du 7 décembre 1984, art. 4 (J.O. du 21.12.1984 p. 11750).