Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

A propos du « régime sans gluten et sans caséine »

A propos du « régime sans gluten et sans caséine »

 

 A. POURQUOI LE REGIME SANS GLUTEN ET SANS CASEINE FONCTIONNE ?


Si vous suivez le régime sans gluten et sans caséine à la lettre, c'est-à-dire en n'utilisant que des produits biologiques :

• à base de riz
• garantis sans trace de gluten
• garantis sans lait et sans caséine.

Bannir les produits contenant des additifs, des colorants, des conservateurs et des phosphates car, d'après des études scientifiques, cela pourrait provoquer de l'hyperactivité chez l'enfant.


B.
POURQUOI LE REGIME SANS GLUTEN ET SANS CASEINE NE FONCTIONNE PAS ?

Si vous  utilisez :

• des produits non sécurisés ou « naturellement sans gluten », c'est-à-dire avec contamination croisée avec d'autres aliments contenant du gluten ou à l'ensachage.


• des produits avec des « E », c'est-à-dire des additifs, des colorants qui créent des troubles de l'attention et de  l'hyperactivité chez les enfants.

• des produits contenant de la farine de maïs (biscuits BIO ou conventionnels, pâtes de maïs BIO ou conventionnelles, etc ...). C'est la raison pour laquelle nous avons volontairement mis les produits sans gluten avec farine de maïs dans une colonne à part pour ne pas induire en erreur les parents d'enfants devant suivre le régime sans gluten et sans caséine.

Un bon conseil :

L
is
ez attentivement les étiquettes, préférez toujours des aliments sécurisés BIO uniquement à base de riz et renseignez vous auprès du fabricant pour connaître le processus de fabrication et d'ensachage. Ce n'est pas parce qu'un aliment est BIO qu'il est automatiquement fiable.

Les produits classiques garantis sans gluten pour les coeliaques ne sont pas « automatiquement » adaptés au régime sans gluten et sans caséine car ils contiennent beaucoup trop de maïs et d'additifs.

Méfiez vous également du soja car le soja provoquerait de l'hyperactivité et parfois de la violence. A éviter donc .......


C. LE REGIME SANS GLUTEN
: pourquoi plusieurs types de régimes ?

Nous allons essayer de clarifier ces versions en retournant à l'essentiel :Il y a de nombreuses « écoles » qui prônent le  régime SANS GLUTEN avec chacune des listes différentes d'exclusions de produits : beaucoup de néophytes s'y perdent, n'obtiennent pas de bons résultats et se découragent.


Pourquoi devoir changer son alimentation ?

Depuis de nombreuses années, l'approche biologique du fonctionnement de l'intestin et de son lien avec le reste du corps a beaucoup progressé : il n'est plus considéré comme un organe isolé et il est reconnu que ses pathologies (notamment l'hyperperméabilité) ont une implication significative sur d'autres « maladies », sur les problèmes de peau, sur les maladies auto-immunes et sur les dysfonctionnements cérébraux (troubles envahissants du développement (TED), difficultés d'apprentissages).
Il existe également d'autres facteurs infectieux (virus et/ou bactéries) encore mal connus en France directement en liens avec ces dysfonctionnements cérébraux. 


1. REACTIONS DIRECTES SUR LA PAROI DE L'INTESTIN : maladie coeliaque


1.1. En Europe :

Cette allergie alimentaire au gluten qui se manifeste localement requiert principalement l'exclusion des céréales apparentées au blé : froment, épeautre, kamut, engrain, triticale, seigle, orge, malt, avoine (pour cette dernière, il y a eu polémique : elle est acceptée depuis 1995 mais la pollution accidentelle par les autres céréales précédentes de la liste lors de la culture et de la récolte nous pousse à appliquer le principe de précaution et à la déconseiller.

Nous attirons l'attention sur la différence dans le niveau de seuil de tolérance des produits manufacturés excluant le gluten au sein même de la Communauté Européenne : certains pays tolèrent 200 ppm, d'autres seulement 20 ppm de gluten (1 ppm = 1 molécule sur 1 million) : cette latitude nous rend mal à l'aise !


1.2. Aux USA : « Celiac Sprue Association » :


Cette association américaine évoque une toxicité d'autres végétaux qui ne sont pourtant pas des graminées : en vertu de nombreuses « intolérances » chez le coeliaque, cette association déconseille au nom du principe de précaution  les végétaux suivants : amarante, burgur, millet, quinoa, rye buckweat, sarrasin, tef.


1.3. L'amidon de blé :


L'amidon est un polysaccharide qui ne contient pas intrinsèquement de gluten, mais, par pollution croisée, peut contenir de faibles quantités de gluten de blé, ce qui conduit les associations canadiennes, américaines et françaises à exclure formellement l'amidon de blé du régime sans gluten ; de même pour les dextrines de blé et les maltodextrines de blé. Ceci est particulièrement important quand on évoque les pollutions cachées lors des processus industriels de l'industrie agro-alimentaire.


2. REACTIONS COMPLEMENTAIRES SUR LE SYSTEME NEURONAL : « les TED et les TDA-H »


2.1. Les prolamines :


Il est apparu dans les pathologies relatives à l'effet des molécules opiacées sur le fonctionnement cérébral, que les prolamines présentes dans d'autres végétaux ont des effets défavorables aussi sur le développement neuronal : il s'agit notamment du millet, du maïs, du sorgho et parfois du riz.

Les pourcentages de prolamines par rapport aux protéines totales sont les suivants :

riz          avoine      seigle       millet      orge        sorgho      maïs     froment 
5 %        16 %       30-50%    40 %    46-52%     52 %       55 %       69 % 

Il convient donc d'éliminer également pendant la période d'instauration de cette restriction alimentaire les graminées et céréales suivantes : amarante, millet, quinoa, sarrasin, teff, sorgho, avoine, maïs.
Ces végétaux sont particulièrement contre indiqués pour les hyperactifs qui réagissent très vite à leur ingestion comme aux phénols et aux salicylates présents dans certains fruits acides.


2.2. Les pollutions cachées :


Comme il est apparu que certains enfants ne progressaient pas d'une manière suffisamment nette en pratiquant une restriction alimentaire, en synthétisant les expériences datant de 1995 de plusieurs familles et en nous concertant avec le Docteur Francis Rocchiccioli, nous sommes arrivés à la conclusion que des pollutions « croisées » se produisent lors de la fabrication de farines : en effet, beaucoup de céréaliers  utilisent un moulin unique pour produire toutes les farines de leur gamme ; il est donc logique de penser que des traces de gluten et de prolamines se retrouvent dans les farines de riz servant de base à la réalisation de biscuits, gâteaux, etc ....

Sur  un site officiel de la FAO concernant le riz, il est également clairement mentionné que certains conditionneurs de riz enrobent les grains de riz soit de farine de blé, soit de glucose ou d'amidon de blé ou même de talc pour rendre les grains incollables.

Il y aussi pollution cachée lors de la fabrication des aliments surgelés : des légumes sont enfarinés avant congélation pour prévenir le risque de collage lors de la surgélation. Donc, si possible, procédez vous-mêmes à la mise en conserve des légumes surabondants.


2.3. Synthèse :

Nous avons personnellement vécu chez nos enfants ces problèmes d'intolérances à divers végétaux  mentionnés ci-dessus ; d'autres parents nous ont fait part des mêmes effets perturbateurs sur l'évolution cérébrale de leurs enfants et de l'amélioration spectaculaire suite à un régime STRICT.

Il apparaît donc, que pour obtenir des effets plus rapides sur l'apaisement des hyperactifs et une évolution positive des TED, un régime recentré sur la pomme de terre et le riz (attention à quelques rares cas d'intolérance), accompagnés de beaucoup de légumes est très indiqué.
Ce type de « REGIME SANS GLUTEN SANS PROLAMINES » n'est pas particulièrement contraignant quand on dispose d'un substitut valable au pain et que l'on est précautionneux dans le choix de ses aliments.


3. COMPLEMENTS ALIMENTAIRES :


Il est important de complémenter l'alimentation des enfants en pleine croissance par des vitamines C, des acides gras polyinsaturés des 2 séries omega-3 et omega-6, de surveiller les minéraux essentiels (fer, zinc, cuivre, …), l'ensemble sous contrôle médical.


D. LE REGIME SANS CASEINE :

L'exclusion de tous les produits laitiers et dérivés est assez aisée à réaliser rapidement à part la suppression des fromages pour lesquels il n'y a pas de solution de substitution. (ne pas oublier qu'il y a aussi  de la caséine dans la viande de bœuf et de veau)

  • L'huile de riz et ses propriétés antioxydantes facilite la tâche en cuisine comme en pâtisserie (nous remplaçons avantageusement le beurre et les crèmes par un poids de 80% d'huile de riz pour obtenir des résultats excellents). La sauce béchamel (huile et farine de riz avec bouillon de légumes), la mayonnaise sans œufs (moutarde et huile de riz) deviennent des jeux d'enfants et apportent du plaisir aux intolérants et allergiques au lait.

Philippe JACQUET
SANS GLUTEN SANS CASEINE SHOP

C. LES PIEGES DU REGIME SANS GLUTEN SANS CASEINE :
Extrait du livre de Marion KAPLAN : "Alimentation sans gluten ni laitages".

Dans les produits transformés par l'industrie agroalimentaire, tout est piège. La moindre préparation (soupes, sauces, condiments, plats préparés, farces, glaces, etc ...) contient soit du gluten, soit de la caséine, soit les deux. Même les préparations dites de régime (sachets protéinés, mélanges pour maigrir) en sont infestés.

Les produits biologiques ne sont pas exempts de ces éléments : ce n'est pas parce que c'est bio que c'est sans gluten ou sans caséine. J'ai trouvé du lait en poudre dans la préparation de certains pains sans gluten et du beurre dans certains gâteaux sans gluten !. Vous devez donc vous méfier de tout !. Saviez-vous que les galettes de soja préparées contiennent du gluten ?. Saviez-vous que les potages en poudre, même bio, contiennent du gluten ?. Et tout est ainsi. Vous devrez lire attentivement toutes les étiquettes.

Ne croyez pas que ce n'est pas si grave si vous faites juste un petit écart !. La moindre particule de gluten ou de caséine, en tout cas les premiers temps, fera automatiquement réagir votre organisme, parfois plusieurs jours après son ingestion (fatigue, insomnie, anxiété, voire douleurs abdominales ou troubles digestifs). Certaines personnes ne ressentent rien et voient leur état à  nouveau se détériorer.

Ce serait dommage de faire des efforts et de ne pas obtenir de résultats à cause d'un manque de rigueur !.