Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Intolérance au lactose et allergie aux protéines de lait de vache - source « La Mandorle »

Intolérance au lactose et allergie aux protéines de lait de vache - source « La Mandorle »

Intolérance au lactose et allergie aux protéines de lait de vache


Il est désormais démontré qu’une population de plus en plus importante (14% des enfants en bas âge et 40% des personnes âgées notamment) présente des troubles digestifs et/ou des allergies lors de la consommation de lait animal et de produits laitiers par intolérance au lactose et/ou aux protéines de lait de vache.


La consommation de lait de vache présente en effet de nombreux inconvénients.
 
   
 
Une intolérance au lactose très fréquente


Pour être assimilé, le lactose (sucre du lait) doit être métabolisé par une enzyme, la lactase. Or, cette enzyme fait défaut chez de très nombreuses personnes rendant la digestion du lactose (et donc du lait de vache) difficile.


Une action fermentative se met alors en place au niveau intestinal à l’origine de flatulences, crampes intestinales ou diarrhées. On parle alors d’intolérance au lactose.


Une source d’allergie alimentaire
:


Les protéines du lait, et notamment la caséine et la lactalbumine, peuvent être responsables de réactions allergiques. Cette allergie aux protéines du lait de vache se traduit notamment par de l’eczéma, de l’asthme et des épisodes diarrhéiques.


Elle apparaît très tôt chez le jeune enfant.


Une origine parfois incontrôlée :


La composition du lait reflète l’alimentation de la vache laitière dont il est issu. Si celle-ci n’est pas surveillée (utilisation d’engrais, de pesticides, etc.), des traces de ces éléments chimiques se retrouvent dans le lait. 
 
  
  Un produit hyperindustrialisé :


Le lait de vache est un produit qui subit d’importantes transformations au niveau industriel :


- Sous forme de poudre, on retrouve le problème du spray drying avec les hautes
températures et les risques de réaction de Maillard ainsi que les pertes nutritionnelles
corrélées.
- Les formes liquides sont actuellement des produits généralement hyperindustrialisées
où le rendement prime sur la qualité avec des ajouts de vitamines, minéraux et/ou des
transformations chimiques néfastes.

 

Une composition nutritionnelle peu bénéfique pour l’organisme :


Le lait de vache et les produits qui en sont issus contiennent un pourcentage important de cholestérol et des graisses saturées qui sont délétères pour les sujets enclins aux maladies cardio-vasculaires.


En effet, les recommandations nutritionnelles actuelles préconisent de diminuer la part de ces acides gras au sein de la ration au vue de leur influence néfaste au niveau des maladies cardio-vasculaires (élévation du taux de cholestérol sanguin notamment) au bénéfice des acides gras mono et poly-insaturés.


Dans ce contexte, le lait d’amande est très fréquemment consommé en alternative au lait de vache.

  
ALLERGIE AU GLUTEN :


L’intolérance au gluten ou maladie coeliaque  ou sprue, se manifeste cliniquement par un syndrome de malabsorption intestinale, lié à une intolérance à la gliadine, contenue dans le gluten,  protéines de nombreuses céréales (avoine, blé, orge, seigle, certains kamuts).


Le gluten détruit la muqueuse intestinale en s’attaquant aux villosités des parois du duodénum, revêtement interne de l’intestin grêle, et provoque une inflammation chronique de l’intestin, entraînant la malabsorption de nombreux nutriments et empêchant leur assimilation.


La maladie coeliaque touche 1% à 3% des Européens.


Toutes les tranches d’âge sont touchées par cette pathologie, mais les enfants de 6 mois à 1 an, et les jeunes adultes de 20 à 40 ans sont les plus touchés. 70% des personnes atteintes sont des femmes.


Le traitement est essentiellement diététique et consiste à adopter un régime qui exclu les céréales à gluten et très souvent également les produits laitiers, en phase de crise.


En remplacement des céréales à gluten, d’autres céréales comme le riz, le quinoa, les pois chiche, le sarrasin, le millet, les pois, les lentilles, le soja, le ragi, le sorgho, le maïs, le teff, le manioc ou tapioca, l’amaranthe, sont utilisées, certains étant plus intéressants que les autres.


Les produits « La Mandorle » sont naturellement sans gluten.


Les poudres instantanées sont exclusivement à base de sirop de riz déshydratées, et, dans la gamme instantanée pour petits déjeuners, enrichie en céréales germées, seuls : le riz, le sarrasin, les pois chiches et le quinoa sont utilisés.
 
Dans ce cadre de régime exclusif, qui nécessite la suppression des céréales à gluten et également du lait animal et produits dérivés, les préparations « La Mandorle » seront très intéressantes. Hautement tolérées, digestes et nutritives, elles pourront en complément d’une prise en charge diététique particulière, être en effet avantageusement consommées au quotidien.