Témoignages sur le régime sans gluten et sans caséine

Témoignages sur le régime sans gluten et sans caséine

Mars 2007, Sophie, maman d'un petit garçon :

Notre petit garçon avait un peu plus de deux ans lorsque le CMP remarque chez lui des troubles évidents apparentés à l'autisme. Ils étaient en effet nombreux : aucun contact visuel, balancements, fascinations, activités rituelles et répétitives, pas de jeu, aucun langage articulé, isolement et enfermement importants.
Il présentait par ailleurs une appétence très prononcée pour les produits contenant du gluten et de la caséine, et il alternait constipation et diarrhée depuis des mois.

Contre tout avis médical mais grâce à des témoignages trouvés sur Internet ou sur des sites comme le DAN, nous l'avons mis au régime sans gluten sans caséine très strict en lui réservant une alimentation exclusivement biologique.

 

Dès trois semaines de changement alimentaire, il s'est mis à « regarder » autour de lui avec une lueur d'intérêt dans les yeux, et il a commencé à nous regarder dans les yeux sans se cacher ou détourner la tête. Certains jeux sont devenus possibles, il s'est joint aux autres enfants pour danser la ronde à la crèche, il s'est risqué sur le toboggan ... Son transit intestinal est très vite devenu normal.

Les résultats de la recherche en peptides nous sont parvenus, ils étaient affolants !

Nous étions sur la bonne voie. Nous avons poursuivis nos efforts et au fil des mois notre petit a fait des progrès fulgurants. Je sais par expérience que ces progrès-là paraissent toujours trop lents, mais notre opiniâtreté à poursuivre un régime extrêmement strict et biologique a porté ses fruits. Il est devenu propre, il s'est mis à parler, à rire, à réclamer, à protester, à se plaindre, à demander de l'aide ou des câlins…

Nous avons par ailleurs appris à le soigner comme en Chine, par les plantes, les fruits, les légumes, l'argile, en suivant les prescriptions de notre naturopathe, en consultant les livres-encyclopédies du Docteur Jean Valnet et toujours sur diagnostique d'un médecin, car l'absorption d'antibiotiques ou de n'importe quel produit de la pharmacopée classique s'avère catastrophique.
Il est agréable de constater que les méthodes de traitement naturelles donnent des résultats extraordinaires.

Aujourd'hui, notre petit va avoir 5 ans, il va à l'école tous les jours et il y est très bien, il suit une scolarité tout à fait normale, même s'il reste encore un enfant un peu spécial (mais quel enfant ne l'est pas un peu ?), il pratique la lutte, il joue énormément avec son frère de sept ans, il commence à avoir des copains d'école et de sport, il rit beaucoup, il chante, il parle, il invente des jeux et des histoires, il joue du piano, il est très sociable et très intelligent, il invente des stratégies multiples et très efficaces pour obtenir ce qu'il veut, il affirme son petit caractère d'adorable petit coquin…. Bref, il est une source de bonheur et d'espoir chaque jour.

 


Il nous a appris une chose : aucun médecin, aucun dogme scientifique ou médical ne peut prétendre savoir ce qui convient à un enfant mieux que ses parents, ni lui apporter plus que ne peut le faire un entourage aimant et courageux.

 


Nous avons déserté les CMP où notre enfant n'a rien à faire, nous avons jeté les médicaments toxiques (y compris pour nous), nous avons fuit les médecins sectaires qui ne prenaient même pas la peine de lire les documents et les résultats de recherche que nous leur soumettions. Nous nous sommes entourés de personnes sensibles et ouvertes (personnels de la crèche, de l'école, allergo, naturopathe, scientifiques intelligents, merci à tous), on trouve toujours des gens intelligents où que nous soyons, même quand toutes les autres portes se referment.

Le régime sans gluten sans caséine a un coût, il demande des heures de recherche, des heures en cuisine, des heures en courses, beaucoup d'énergie, il demande de repenser entièrement l'alimentation et la façon de cuisiner, il faut de la motivation et du courage, dans une France qui rembourse les frais médicaux occasionnés par un cancer dû à la cigarette, mais pas ceux dus à une intolérance alimentaire….

 
 

Il faut de la patience et de la fermeté, car l'entourage met bien souvent des mois pour constater que les parents sont dans le vrai et ne se lancent pas dans un traitement farfelu et inadapté. Mais le bonheur et la fierté ressentis devant les progrès de son enfant sont une récompense inestimable. 

 

Juillet 2007, maman de Célian :

Voila 6 mois que nous avons commencé le régime de Célian.
Nous sommes ravis de ses avancées : il dort toutes les nuits, il est calme et souriant, les colères sont rares et il commence sortir quelques mots jours après jours.
Il répond aux consignes simples, fait du vélo roulettes.....
 
Les progrès sont là et nous sommes plein d'espoir pour la suite.
 

Mai 2000, Dr Natasha Campbell-Mac Bride, Médecin neurologue et nutritioniste :

En 1995, notre fils Nicholas a été diagnostiqué autiste à l'âge de trois ans. A 3 ans et demi, nous avons démarré le programme ABA. Nicholas a maintenant 7 ans, il est dans une classe normale et progresse bien. Ses performances académiques sont dans la moyenne normale pour son âge bien que ses aptitudes collectives soient légèrement en retrait. Il est très sociable et bien qu'il soit naïf et hyperactif, les autres enfants jouent avec lui et il a des amis.


Maintenant, en regardant en arrière, personne ne pouvait prévoir qu'un petit garçon qui ne parlait pas, qui s'autostimulait sans cesse, qui mangeait très peu à part du lait dans son biberon puisse opérer une telle transformation. On peut dire que son évolution est un miracle. Cependant, ces progrès ne sont pas seulement dus uniquement au programme ABA.

 


Je me souviens du moment traumatisant du diagnostic « AUTISME », qui nous avait été annoncé par un Médecin suivi de la sentence : " Il n'y a rien à faire pour lui ! " Eh bien, étant moi-même Médecin, je dis : « Vous, Docteur, vous vous trompez ! Il y a plein de choses à faire ». Nous connaissons tous les miracles du programme ABA. Mais ce n'est pas suffisant.

 


Une grande part de la transformation de Nicholas est à attribuer à l'approche nutritionnelle. Ayant été formée comme Docteur en médecine, je sais que la médecine traditionnelle n'a pas de solution à proposer aux enfants comme mon fils.

 


Donc, je suis retournée m'inscrire à l'Université dans les cours de nutrithérapie. Nous avons changé le régime de Nicholas et après avoir essayé plusieurs suppléments nutritionnels, nous avons trouvé les meilleurs qui fonctionnent. Un enfant autiste a besoin d'une gestion très spéciale de sa nutrition, la grande majorité de celle-ci doit restaurer sa flore intestinale ! La flore intestinale est un ensemble d'organismes vivants très sensibles à l'alimentation, aux antibiotiques, aux stéroïdes et au stress.

 


Le régime en soi est un outil très puissant pour aider un enfant autiste. Mais il ne peut pas résoudre tous les problèmes sans des suppléments nutritionnels. Pour rééquilibrer la flore intestinale, il est essentiel d'utiliser des probiotiques à large spectre.

 


Nicholas a montré une excellente réponse aux probiotiques. Deux à trois mois après le début de ce traitement, il y a eu des améliorations spectaculaires chez notre fils : 


• son contact visuel est devenu normal et stable,
• les autostimulations ont quasiment disparu,
• il est devenu plus attentif aux autres et à nous.
• tout le monde a trouvé qu'il était en meilleure santé.

 


Nicholas a été alimenté par un régime sans lait. Nous réintroduisons maintenant quelques rares produits laitiers dans son alimentation et il semble les tolérer sans aucun symptôme.
Nicholas continue à progresser et je crois que les probiotiques comme le BIO-KULT sont la clé pour sa croissance et son bon développement.

 


Juillet 2006, Dr Natasha Campbell-Mac Bride, Médecin neurologue et nutritioniste :


En 2006, Nicholas a presque 14 ans et n'a plus du tout de diagnostique d'autisme. Il est entré au Collège local où son évaluation académique le positionne au-dessus de la moyenne de la classe et il a un large cercle d'amis.

 

 

Cela ne fait aucun doute pour nous que c'est un résultat direct de la thérapie nutritionnelle incluant l'utilisation des probiotiques.

 

Juin 2002, Kerry & Andrew H. :

Notre fille Sophie a été diagnostiquée atteinte du spectre autistique en mars 1999. Un programme ABA a été entrepris en juin 1999. Sophie a progressé extrêmement bien avec le programme, montrant des progrès constants.


Nous avons également entamé un régime sans gluten sans caséine (SGSC), qui a prouvé l'aider beaucoup dans le développement de son langage et de sa concentration dans les apprentissages.

Cependant, il nous a semblé que « quelque chose manquait » à ce niveau.

 


Nous nous sommes renseignés sur l'utilisation des probiotiques, et quand nous avons remarqué dans la newsletter AIA la firme Cambridge Bioceuticals, nous l'avons contactée immédiatement. Nous avons reçu toutes les informations importantes et nous avons décidé de d'administrer à notre fille le BIO-KULT sans avoir remarqué de problèmes de transition.
Il a été très facile de les inclure directement dans notre quotidien, beaucoup plus facilement que l'introduction du régime SGSC ne l'avait été !!!

 


Nous avions été prévenus que Sophie pourrait traverser une période d'irritabilité et de comportement anormal après 3 semaines. Nous avions été rassurés que cela serait un bon signe que les probiotiques feraient cet effet et que cette régression ne durerait pas longtemps. Cela fut effectivement le cas.

 


Sophie fut ensuite « libérée de ses mauvais sorts » après 3 jours et depuis, elle montre des progrès constants dans sa concentration, dans ses apprentissages et dans son comportement.
Nous n'avions informé personne (surtout pas la crèche) de la prise du BIO-KULT,afin de pouvoir discerner objectivement s'il y avait progrès et ce, sans a priori.

 

Nous avons été ravis d'apprendre que le personnel de la crèche a constaté que Sophie présentait de grands progrès dans sa capacité de concentration, de s'appliquer à réaliser une consigne et à tolérer des situations difficiles.

Un membre du personnel nous a demandé : « Qu'est-ce que vous lui avez fait ??? »
Ceci s'est passé 6 semaines après le début de la complémentation en Bio-Kult.
Maintenant, cela fait 4 mois que nous avons commencé et, pas besoin de le dire, nous continuons à lui administrer le Bio-Kult.

 

Juin 2002, Michael :

Michael prend du BIO-KULT depuis 2 mois. Depuis la fin de cette période, nous avons vu des progrès chez Michael.

Durant cette période de 2 mois, nous avons constaté que Michael sautillait et devenait facilement irritable. Il avait aussi développé des poussées d'allergie sur ses bras et ses mains. Pendant 2 jours, il a eu le visage et les oreilles rouges. Il a eu également temporairement beaucoup de diarrhées. C'est la période « d'élimination des candidas ».


Les progrès ont été bien plus spectaculaires que pendant les sessions de la méthode Lovaas, surtout dans les 2 dernières semaines où nous avons noté des améliorations de sa motricité fine. Il a appris à faire ses boutons en 2 jours, et maintenant il peut  découper en suivant une ligne sur environ 8 cm.

Une autre amélioration notable a eu lieu dans l'utilisation de ses « étiquettes ». il m'a surprise un jour en étiquetant correctement 5 figures sur une ligne. Ceci avait toujours été un programme ardu pour Michael, et il s'y était débattu pendant plusieurs mois sans succès. Il a maintenant ajouté de nombreuses étiquettes expressives à son répertoire et j'espère que cela va continuer.

 
 


En général, tous ses apprentissages ont bien progressé et son comportement est plus sociable.

Depuis qu'il prend ses probiotiques, il n'y a pas eu d'autres modifications dans son alimentation ni son mode de vie, donc ces progrès sont à mettre sur le compte de cette supplémentation nutritionnelle. 

 

Juillet 2006, Mr et Mme L., Loire-Atlantique :

Notre fils est autiste, diagnostiqué en septembre 2004 à l'âge de 4 ans.


En juillet 2004,  nous avions commencé à entendre parler du régime sans gluten et sans caséine pour aider les enfants avec troubles du développement et du métabolisme. Ce sont les témoignages de parents qui nous poussent à essayer en octobre 2004.

 


Notre fils à l'époque, ne nous regardait plus dans les yeux, escaladait tout et n'importe quoi, disait 2 mots (papa et maman), gémissait pour parler, refusait de toucher un crayon, se roulait par terre régulièrement.

 


Semaine après semaine, nous avons vu notre fils devenir de plus en plus calme, le regard est apparu après 2 mois environ, il a commencé à dire des syllabes à Noël, les mots en février.

 


En mai 2005, nous faisons la connaissance de Mr. Jacquet et faisons la chasse aux pollutions cachées : Nouvelle amélioration. Après 1 an, après avoir eu connaissance de l'AES, nous pouvons financièrement commencer les compléments alimentaires : Nouvelle amélioration importante.

 


Aujourd'hui, notre fils est un enfant adorable, avec un merveilleux regard, une vraie présence. Il est scolarisé à temps plein à l'école maternelle, adore faire la ronde, chanter avec les copains, faire de la relaxation avec la maîtresse.
Bien sûr, la route est encore longue, mais que de changements depuis bientôt 2 ans.

 


Nous ne faisons et ne ferons aucun écart à ce régime car nous ne savons que trop l'importance d'une erreur. En effet, fin novembre 2004, nous faisons involontairement une erreur en donnant du pain de petit épeautre. Ce pain contient très peu de gluten et nous pensions que cela irait. En 3 jours, nous avions un garçon qui regrimpait partout, le regard avait disparu de nouveau. Nous avons alors arrêté le pain (à raison seulement de 3 minuscules tranches par jour !!), notre fils n'a pas dormi de la nuit et il a fallu une semaine pour retrouver notre enfant calme et souriant.

 


Nous avons testé après 8 mois de régime le taux de peptides urinaires, qui a prouvé l'intolérance de notre fils vis-à-vis du gluten et de la caséine.

 

Nous avons tous adopté ce changement alimentaire et nous nous en portons tous très bien, avec disparition de beaucoup de problèmes physiques pour les parents (ballonnements, sinusite, rétention d'eau, etc ..).
 

 


Juillet 2008, Isabelle J. maman de Nathalie :

 
 


Ma fille Nathalie âgée de 10 ans, est atteinte de dysphasie et de dyspraxie bucco-linguo-faciale et neurovisuelle associée.
En novembre 2001, un rapport de psychomotricité concluait à un retard de développement global. De plus elle présentait des tremblements de la totalité des membres supérieurs et un retard de langage important.

Sur les conseils de la psychomotricienne qui suivait ma fille, j'ai fait faire en mars 2004 des tests de peptides urinaires chez le Docteur Francis Rocchiccioli qui ont montré une intolérance au gluten et à la caséine. Dès lors, j'ai procédé à un changement alimentaire sans gluten et sans caséine.

Dès janvier 2005, la neuropédiatre qui suivait ma fille depuis plus d'un an, écrivait dans son rapport qu'en 2 mois ses troubles neurologiques avaient quasiment disparu mais que persistait bien entendu un important retard scolaire.

A cette époque, ma fille bénéficiait de 6 rééducations par semaine, ce qui est lourd pour une petite fille de son âge (orthophonie, psychomotricité selon la méthode Padovan, ergothérapie et orthoptie). Toutes ces prises en charge, en plus de l'obligation de cuisiner tous les repas, m'occupent presque à temps plein mais les progrès sont là, à condition bien entendu, de ne faire aucun écart alimentaire même accidentel, sinon des stéréotypies, des réveils nocturnes ponctués de crises de fous rires incontrôlés, de claquements de la langue sur le palais et une régression du langage se manifestent dans les 6 heures qui suivent cet écart alimentaire et persistent pendant plusieurs jours.

En août 2005, un examen complémentaire quant à la présence de métaux traces a conclu à une intoxication significative au mercure qui nous a amenés à débuter en septembre 2005 un traitement de désintoxication métallique au TMD (Toxic Metal Detox).

 


Grâce à ce changement alimentaire et à la désintoxication métallique, ma fille progresse régulièrement et s'intègre au milieu scolaire : ses tremblements ont disparu, le graphisme s'est nettement amélioré et son vocabulaire s'enrichit de jour en jour. En septembre 2006, il a été constaté que son intoxication au mercure avait disparu suite au traitement mis en oeuvre. Une autre amélioration notable a eu lieu grâce à l'introduction du Bio-Kult.

Aujourd'hui, Nathalie est une petite fille bien dans sa peau, pleine de ressources, qui m'émerveille tous les jours et qui, malgré ses handicaps, les a surmontés par son courage et sa volonté.

 

 
En conclusion, je ne peux que constater l'utilité vitale et l'efficacité du régime sans gluten et sans caséine alors que les diagnostics avancés par plusieurs médecins il y a 5 ans me prédisaient un avenir sombre pour elle. Depuis, je milite pour faire connaître cette méthode très efficace à d'autres parents afin que les rééducateurs non informés ne les assomment plus avec la seule perspective du handicap à vie.